Ligurie secrète entre champs de lavande, village aux sorcières, vins et huiles d’excellence

Un voyage romantique à travers des villages méconnus, construits sur les montagnes ou dans les vallées. Entre champs de lavande, village aux sorcières, théâtre minuscule, vins d’excellence et hôtels de charme, découvrez la Ligurie secrète et cachée lors d’un slow travel plein de surprises !

Prendre le temps d’apprécier les territoires méconnus. Se laisser surprendre par une région peu touristique et pleine de promesses : la Ligurie occidentale. Voilà ce que l’on appelle le Slow travel. Le long de la route 28, entre champs d’oliviers, bois, bourgs historiques et prés fleuris, découvrez un itinéraire atypique, hautement recommandé :

Champs de lavande, décor montagneux et provençal !

Souvenirs de combats épiques sur la route du Col de Nava ! Reliant Monregalese à Imperia, c’est sur ces 931mètres que s’affrontent les champions du cyclisme ! C’est là aussi que l’on découvre le val d’Arroscia : une région des Alpes presque oubliée. Un trésor tenu secret où les petits (mais ô combien tenaces) producteurs respectent fièrement leurs traditions provençales (!) et pour cause : des champs de lavandes sauvages poussent à 1 200 m d’altitude ! La floraison débute à la fin du printemps et dure quelques mois selon les points d’altitude.

Vue panoramique sur les champs de lavande de la Distilleria Cugge, à 1200m d’altitude, à Drego
©Antica Distilleria Cugge

Si nous sommes dans la haute région de l’Imperia, on se croirait, pourtant, dans les alentours d’Auribeau ou du Castellet, mais avec un élément (déterminant !) en plus : les montagnes et paysages sauvages des Alpes.

En se laissant guider par les arômes et les parfums, on peut rejoindre Cosio di Arroscia. Le paysage est dominé par des châtaigniers, des hêtres, chênes et cerisiers sauvages. Quant au vieux village, il est entouré par des ruelles et arcades typiques.

Cosio di Arroscia

Grâce aux différents micro-climats générés par la rencontre entre l’air méditerranéen et de celui des Alpes, les 2/3 de la flore européenne poussent dans cette région d’Italie. Ce sont donc environ 150 espèces de plantes aromatiques, médicinales et comestibles qui sont exposées au Museo delle Erbe.

Une extrême richesse et diversité que les habitants ont su exploiter – notamment en cuisine puisque les herbes aromatiques sont l’ingrédient phare de la gastronomie ligure. Frittelle aux herbes, turle (ravioli au fromage, pommes de terre et menthe), ravioli aux blettes et marjolaine : le meilleur de l’arrière-pays d’Imperia !

Parmi les petites entreprises historiques qui produisent encore de l’huile de lavande (pour les huile essentielles, crèmes, savons, etc), l’une d’entre elles se trouve à Molini di Triora (dans la vallée Argentina). Il s’agit de l’Antica Distilleria Cugge (Vieille Distillerie Cugge) qui travaille donc avec des plantes cultivées à 1 200 m d’altitude.

La production de l’Antica Distilleria Cugge ne se limite pas à l’huile de lavande. L’entreprise distille aussi des espèces médicinales selon les méthodes familiales (avec du feu de bois de châtaigniers).

Nb : La ville tire son nom, Molini di Triora, des 23 moulins à eau actifs depuis le début du Moyen Age. Aujourd’hui, il n’en reste plus que deux, témoins de toute l’ingéniosité des habitants de cette terre magnifique mais très difficile à cultiver.

Dans la maison des sorcières

Monter à Triora semble impossible lorsqu’on aperçoit le village perché tout là-haut sur la montagne. En suivant le chemin vers cette destination étonnante, vous pénètrerez dans des terres anciennes et passionnantes : celles des “bàgiue“, les sorcières qui, selon la légende, se réunissaient à la Cabotina, près de Triora.
Il ne s’agissait, probablement, que de femmes expertes en herbes et potions curatives mais, accusées de sorcellerie durant la Contre-réforme, certaines d’entre elles furent poursuivies et brûlées.

Procession à Triora

Dans le Museo Etnografico e della Stregoneria(Musée Ethnographique et de la Sorcellerie), vous pourrez visiter les souterrains où les « sorcières » furent séquestrées.

Retour à la lumière et à l’air libre avec une vue imprenable sur les vallées alentours. En errant à travers les ruelles perchées de Triora, vous pourrez être surpris par le parfum du pain rond : une spécialité cuite au feu de bois et préparée avec la farine obtenue grâce aux produits de la montagne.

La route du col conduit à Pornassio, la commune vinicole la plus importante du territoire. On y cultive une variété particulière de Dolcetto (cépage noir italien de raisin de cuve) à partir duquel on obtient le précieux Ormeasco.

Quant à la Ligurie des grandes familles, on la retrouve en parcourant les beaux portiques de Pieve di Teco (fief de Clavesana), autrefois essentiels pour le commerce et les centre artisanaux. De petits magasins proposent des produits locaux comme le très rare Ail de Vessalico, pour les connaisseurs et gourmands.

A ne pas rater : le Théâtre Salvini (un bijou miniature). Ce théâtre, construit en 1834, serait le plus petit d’Italie.

En poursuivant la descente à travers les vallées et les champs d’oliviers (dont la récolte promet, toujours, une huile d’excellence), vous découvrirez les différentes tours qui constituaient le système défensif de la vallée du Maro à l’époque du Moyen-Âge.


Oliveraies et vue imprenable sur la vallée

La balade continue avec une longue montée conduisant jusqu’à Lucinasco. Au loin, le gris-vert des oliviers se perd dans le bleu intense de la mer. Prenez le temps de visiter quelques moulins à huile artisanaux, comme celui de l’entreprise agricole Dinoabbo avec ses deux versions d’huile d’olive vierge extra taggiasca – un délice entré dans la « top-liste » de la sélection Eataly.

Le dernier mais non des moindres : l’hôtel

La petite ville de Borgomaro est une succession de vieilles maisons, de rues étroites ou recouvertes et qui se reflètent dans les eaux claires du fleuve de l’Impero.

Ce même fleuve, autrefois, faisait fonctionner sept moulins. Aujourd’hui, il n’est plus qu’au service des canards et des oies sauvages…

C’est dans cette oasis de tranquillité que se trouve le Relais del Maro : un hôtel qui passerait presque inaperçu parmi les vielles maisons de la ville.

Cette demeure restructurée dispose de 15 chambres romantiques. Le petit-déjeuner est des plus raffinés et le thé tombe, comme à pic, sur le coup de 17h. Une adresse stratégique pour explorer ces lieux méconnus de la Ligurie.

Crédits : vanityfair.it

Share on Facebook0Share on Google+0Pin on Pinterest6Tweet about this on Twitter0Email this to someone
avatar

L'Italie est la terre de mes grands-parents, celle où vit encore une bonne partie de ma famille et où je passe toutes mes vacances. Sa culture et ses traditions me sont chères et c'est toujours avec grand plaisir que je partage mes découvertes et coups de cœur italiens sur Gusto !