Valpolicella, parmi les caves de l’Amarone

Dégustations de grands vins dans les trattorie de la Valpolicella où, à l’automne, les truffes fraîches s’invitent à notre table et jusque dans nos assiettes. Délice gastronomique mais pas que ! Les trésors du terroir ne se résument pas aux arts culinaire et viticole. De magnifiques bourgs et églises de campagne se cachent parmi les collines de pierres mano-calcaires blanches et rosâtres : les fameuses pierres de la Lessinia ou pierres de Prun, dont le musée se visite à Prun.

Collines de la Valpolicella ©corriere.it

Qui dit « Valpolicella » pense, automatiquement, au vin rouge sec italien DOC de la région de la Vénétie.
Qui dit « Cantina Valpolicella Negrar » (Cave Valpolicella Negrar), voit immédiatement se dessiner, devant ses yeux, une bonne bouteille d’Amarone. Car c’est bien dans cette cave de la Valpolicella, que le vin rouge DOC (fait avec des raisins séchés tels que la Rondinella, le Corvinone, etc) fut « inventé » il y a plus de 80 ans. Et c’est ici qu’on continue à le produire : chaque année, 250 viticulteurs associés participent aux vendanges en respectant la tradition d’une cueillette faite à mains nues.

Vendanges de la Cave Valpolicella Negrar ©lucianopignataro.it

Le résultat est plus que probant : un vin robuste et célèbre, symbole d’une terre qui veille sur Vérone. Car la Valpolicella n’est pas seulement le nom d’un vin ! C’est aussi celui de sa zone de production : une terre située au milieu de collines verdoyantes et de grandes villas historiques, entre le lac de Garde et les hauteurs de Lessinia.

Un territoire tout à découvrir…

… en commençant par les 5 bouteilles de l’Amarone Espressioni 2008:
– “Castelrotto ” l’évolué ;
– “Villa” , l’austère ;
– “San Rocco” , le piquant ;
– “Mazzurega” , le complexe ;
– et “Monte“, le persuasif.

Castelrotto, une des 5 bouteilles de l’Amarone Espressioni 2008 ©lucianopignataro.it

Tous fabriqués de la même façon (même méthode, même technique), seule la richesse du terroir les différencie – donnant, à chacun, un caractère reconnaissable et authentique. Aussi, pour découvrir la Valpolicella, quelques verres de vin et un peu d’imagination suffisent : à travers toutes les saveurs fruitées, découvrez une région riche et généreuse.

Les 5 bouteilles de l’Amarone Espressioni 2008 ©lucianopignataro.it

Les autres classiques de la Valpolicella : le Valpolicella Doc Classico, le Valpolicella Doc Ripasso et le Recioto.

Quant à « l’Amarone », c’est le plus « récent » des vins de la Valpolicella. Fabriqué « par erreur » en 1936, il s’agissait, à l’origine, d’un Recioto laissé trop longtemps dans sa phase de fermentation. Le directeur de la Cave de l’époque (Cantina sociale Valpolicella), Gaetano dall’Ora lui attribua le nom de « grande Amarone » (pour ainsi dire : Un Recioto devenu trop amaro (amère)) et le baptisa en 1939, avec la première bouteille à son nom : « Amarone extra della Valpolicella ». Un souvenir encore conservé dans la cave Valpolicella Negrar, rangé avec les bouteilles historiques. Pour visiter, réservez au +39.045.6014300.

Cave Valpolicella Negrar ©lucianopignataro.it

Un vin tenace, comme la pierre en ces terres…

… cette même pierre que l’on perçoit dans les rues du centre de Vérone, mais aussi sur la façade du Dôme de Parme. Un œil expert la trouvera jusque dans la synagogue de Tel Aviv, conçue à la fin des années 90 par Mario Botta. Il s’agit de la Pierre de Prun, que l’on utilise dans le monde entier! Le Musée paléhontologique et préhistorique de Sant’Anna d’Alfaedo lui est entièrement consacré (pour les visites : +39.045.7532121).

A ne pas rater : l’impressionnante collection de fossiles, parmi lesquels un requin de 5,50 mètres (le plus long et le mieux conservé d’Europe ), ainsi qu’un des rares fossiles de Mosasaurus.

Pierre sculptée par la main de l’homme…

Eglise San Giorgio ©sangiorgiodivalpolicella.it

…Comme celle qui forme la splendide église romane de San Giorgio à Sant’Ambrogio di Valpolicella .Un bourg de charme qui surplombe la vallée et domine, d’un côté, le lac de Garde et de l’autre, la ville de Vérone.

Détail décoratif de l’Eglise de San Giorgio
©corriere.it

Pierre polie par le temps et la nature…

… comme l’incroyable Pont de Veja à Sant’Anna d’Alfaedo. Véritable chef-d’œuvre naturel, le Pont de Veja a été dépeint par le graveur et peintre italien de la Renaissance Mantegna, dans la “Camera degli sposi” (chambre des époux), dans la fresque la plus célèbre du palais royal de Mantoue.

Pont naturel de Veja ©corriere.it

Pas de bon vin sans un bon repas !

Les habitants de la Valpolicella l’ont bien compris et leur cuisine traditionnelle n’est pas sans mérites ! A Torbe, là où les pentes se font plus raides, vous pourrez goûter aux lasagnette au ragoût de la Pierina, obtenues avec une pâte fait-maison, chaque jour, dans la cuisine de la Trattoria Caprini.

Pâtes fait-maison à la Trattoria Caprini ©corriere.it

A l’automne, le territoire regorge de truffes ! Elles vous seront servies fraîches à la table de l’Antica trattoria da Bepi à Marano di Valpolicella.

Pour finir, vous ne pourrez quitter la région sans goûter au saucisson typique : la sopressa veneta. Pour ce faire, rendez-vous au salumificio Caprini (via Mazzini 41, Negrar).

Saucisson “Sopressa veneta” ©cibodeli.com

Et après une journée intense entre caves et vignobles, octroyez-vous un repos bien mérité dans le calme de la Villa Moron (chambre b&b à 110 €) à Negrar, nichée dans les collines de la Valpolicella.

Crédits : corriere.it

Share on Facebook0Share on Google+0Pin on Pinterest0Tweet about this on Twitter0Email this to someone
avatar

L'Italie est la terre de mes grands-parents, celle où vit encore une bonne partie de ma famille et où je passe toutes mes vacances. Sa culture et ses traditions me sont chères et c'est toujours avec grand plaisir que je partage mes découvertes et coups de cœur italiens sur Gusto !